Accueil

Malgré les obstacles qu’on leur a opposés, dès l’Antiquité, des femmes développent des savoirs spécifiques et universels. Les catalogues de femmes illustres louant la poétesse Sapho ou la mathématicienne Hypatie en faisaient état. Or tout se passe comme s’il fallait perpétuellement redécouvrir ces figures pour dévoiler le rôle qu’elles ont joué, comme si elles étaient effacées. Il semble qu’il faille ainsi rééditer le geste d’invention qui a été le leur pour qu’elles soient en quelque sorte doublement reconnues. Au-delà des nombreux travaux récents et en cours[1] pour écrire une histoire paritaire, nous proposons d’interroger les mécanismes de visibilité et d’invisibilité qui régissent les savoirs des femmes pour que leur mise au jour ne soit pas vouée à une circularité infernale de découverte et d’oubli.

Le projet co-financé par l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et par l’association AWARE réunit au départ des chercheurs et des chercheuses de littérature française, des arts, des hispanistes et des anglicistes ainsi que des informaticiens (EA LISAA 4120 UMR LIGM 8049). Il s’appuie sur des collaborations internationales avec des collègues des universités de Los Angeles (USC), de Bâle (Suisse), de Rimouski (Canada), de Vittoria (Brésil). Il associe des artistes et les étudiants de lUPEM de plusieurs formations, invités à participer à la diffusion des connaissances produites grâce à des productions multimédia.

Visibilité et invisibilité, jeu de forces

Interdictions, condamnations morales pour inconvenance et indécence, assignations à des domaines spécifiques, déni de valeur ou même d’existence déterminent l’invisibilité : les contributions des savantes sont souvent mal connues, les œuvres des créatrices reléguées dans les réserves des musées ou mêmes désattribuées, la littérature des femmes est singulièrement absente de la culture scolaire partagée, et elle est réduite à l’expression de la sensibilité, la culture politique féministe peine elle-même à se transmettre. Ce mouvement d’occultation se conjugue par ailleurs avec une hyper-visibilité des corps féminins normés et avec la prégnance des stéréotypes de genre. L’image publique des femmes orchestre la promotion de la beauté, de la séduction, des savoir-faire artisanaux et d’une sensibilité déliée de la rationalité, d’un univers limité à son propre périmètre. Les œuvres jouent sur ces interdictions et sur ces incitations. Elles rendent visible ce qui est caché, dans des mouvements dialectiques et ironiques, convertissent les prohibitions en stratégie créative. Au sein de l’espace où l’on enferme les femmes victoriennes, Virginia Woolf réclame une chambre à soi. Grâce au radium, Marie Curie permet d’observer l’intérieur des corps, Maria Sibylla Merian révèle les insectes cachés et les métamorphoses du vivant au cœur des colonies néerlandaises. Nous nous proposons d’interroger des mécanismes fondamentaux à l’intersection de l’invisibilité et de la visibilité, envisagées non pas séparément mais conjointement, dans les stratégies d’inversion, de détournement, de contournement par lesquelles le sujet apparaît en auteur d’une pensée réflexive. Les femmes révèlent ainsi le cœur des processus créatifs et inventifs affrontant non seulement des environnements sociaux, historiques, culturels, mais aussi des fonctionnements anthropologiques.

Médias et médiations

Pour tenter de comprendre comment les obstacles peuvent se transformer en médiation, le projet accorde une attention particulière aux médias de l’invention et de la transmission des savoirs : supports matériels constitués par les livres, les œuvres d’art, la presse ou les supports multimédia, ou encore moyens linguistiques, discursifs, techniques, esthétiques mis en œuvre. Quels supports sont interdits, quels supports sont utilisés, quelle langue, quel langage, quels procédés pour produire ou transmettre quels savoirs ? L’observation des contraintes qui s’imposent et les stratégies pour les révéler ou les déjouer dans des champs spécifiques et divers à travers les siècles, les disciplines et les aires géographiques permettra de faire apparaître constantes, ruptures et diversité. Les chercheurs et chercheuses issu-e-s de différentes disciplines seront attentif-ve-s à construire une réflexion autour de la notion de visibilité qu’il s’agisse de ses aspects concrets ou de ses aspects métaphoriques, dans ses interactions avec les savoirs. Ces recherches interdisciplinaires auront pour ambition de construire une réflexion transdisciplinaire accessible en ligne sur ce carnet puis dans les publications des sites AWARE ou du LISAA.

Corps et connaissance

On s’interrogera particulièrement sur les savoirs et les représentations du corps comme lieu d’échange entre le visible et l’invisible. Il semble souvent, dans le discours de la domination masculine – qui peut être porté par des femmes bien entendu −, que le corps des femmes résiste à l’abstraction de la connaissance et de la subjectivation. Pour cette raison, les disciplines liées aux mathématiques paraissent particulièrement éloignées des femmes dans une vision stéréotypée. L’étude des discours mettant en rapport le corps et la connaissance, ainsi que le corps et l’invention, est un champ riche. Plus généralement, la question du matérialisme et des femmes est un vaste domaine, comme celui de leur rapport à l’occultisme. Le rapport aux diverses disciplines au fil de leur évolution reste marqué par ces problématiques. La place donnée au corps des femmes dans la philosophie nous intéressera donc, comment les femmes réfléchissent leur corps, comment on le leur oppose comme obstacle à une pensée philosophique, comment on y puise de la réflexion. L’étude des savoirs concernant le corps et la santé des femmes depuis la Renaissance, en confrontant textes médicaux et textes littéraires, retiendra toute notre attention. On s’intéressera également aux représentations artistiques du corps des femmes à travers leurs propres créations et notamment au cas particulier de la performance. On réfléchira aussi aux icônes féminines autour desquelles peine à se construire une histoire des femmes et de leurs savoirs. Comment articuler le corps visible et l’abstraction de la pensée et des savoirs ?

Numérique

Le numérique est l’objet d’une attention particulière. Il a une place centrale dans les formations et les recherches de l’UPEM comme dans les activités de l’association AWARE Archives of Women Artists Researchs and Exhibitions, qui développe un site internet ambitieux pour remplir sa mission de diffusion scientifique. Le projet interroge le numérique comme lieu contemporain de tensions entre visibilité et invisibilité des femmes. En effet, le numérique est un média de diffusion d’une culture visuelle renouvelée, il accroît la circulation de l’information et rend possibles des constructions collaboratives, gages d’une appropriation des savoirs. La construction d’archives en ligne et d’une science en open access sont des ressources pour le développement de savoirs nouveaux et pour leur diffusion. Le dictionnaire en ligne des femmes de l’ancienne France réalisé par la SIEFAR ou le site de l’association AWARE en offrent de beaux exemples. Le virtuel apparaît comme une chance pour la circulation des savoirs féminins. Il faut la saisir mais aussi l’interroger. En effet, le monde numérique en France est d’abord un monde majoritairement masculin. La question de la place des femmes y est posée. Elle fait l’objet d’un programme de recherche particulier INSER-NUM pour insérer les femmes dans le numérique. Camille Morineau, conservatrice de musée, présidente d’AWARE avait posé la question en ces termes lors d’un atelier organisé avec des scientifiques et des artistes au google lab de Paris : « Femmes informaticiennes, femmes artistes une même invisibilité ? ». Le parallèle entre deux univers qu’on peut penser éloignés révèle la parenté de mécanismes sociologiques et anthropologiques qui imposent au réel des représentations construites et choisies. Le dialogue entre les différentes disciplines SHS mobilisées et l’informatique permet d’explorer les représentations et les moyens de leur diffusion.

Les nouveaux médias posent la question de leur diffusion et de leur pouvoir transformant sur les représentations et les pratiques. Ils interrogent plus profondément la notion de visibilité dans la médiation des savoirs. Les sites internet mobilisent souvent l’intermédialité, c’est-à-dire que différents médias sont utilisés ensemble pour générer du sens. Ainsi les productions picturales sont-elles diffusées grâce aux photographies, ou aux films ainsi qu’aux textes qui les accompagnent ; des moyens spécifiques propres aux arts numériques créent une dynamique de la connaissance en mettant en rapport différents moyens. Ils posent la question de savoir ce qu’il faut faire apparaître de la connaissance pour qu’elle soit reconnue, comment on utilise les supports et les techniques disponibles, comment on règle le rapport des images, des symboles et des discours verbaux, comment l’œuvre visible s’articule avec le créateur ou la créatrice. Ils impliquent également de nouveaux enjeux socio-économiques liés au financement et à l’organisation de la production. Lieu de création et d’invention, le numérique réactualise des questions anciennes qui traversent le temps. Il en est la caisse de résonance autant qu’un nouvel espace de lutte.

Les outils de fouille textuelle permettent également de disposer de nouvelles données. Ils révèlent de nouveaux réseaux de connaissances et encouragent à un renouvellement des corpus. Ils luttent contre le mouvement qui minore la participation des femmes aux corpus canoniques. Le projet George le deuxième texte extrait ainsi les données du catalogue Gallica et de data.bnf pour proposer aux enseignant-e-s et aux chercheurs ou chercheuses davantage de textes écrits par des femmes. Des travaux pour construire des réseaux de citations des noms de femmes et représenter les relations interpersonnelles entre les femmes ou entre les femmes et les hommes – souvent plus connus qu’elles – sont également envisagés.

Savoirs et créations

Le projet contribuera à la compréhension des enjeux de la diffusion des savoirs des femmes à travers le temps en mettant en avant le lien entre savoir et création, interrogeant la nécessité de la création dans la connaissance et dans sa diffusion. Ces enjeux intéressent particulièrement les formations de l’université qui y seront associées autant que possible, au premier titre les étudiants du master Arts, Lettres et civilisation adossé à l’équipe LISAA, invités à travailler avec des étudiant-e-s d’autres formations complémentaires de l’université, notamment les étudiant-e-s ingénieur-e-s de l’IMAC (Image, Multimédia, Audiovisuel et Communication).

[1] Voir par exemple pour un point de vue historique : http://eurykleia.hypotheses.org/101. « L’état de la question : de l’invisibilité des femmes à leur visibilité » par Violaine Sebillotte. Publication du 12/11/2014, mise à jour 14/11/2016.

Les créations, les savoirs et leur circulation (XVIe-XXIe)