Archives par mot-clé : savoirs

Michael Soubbotnik

MCF Philosophie.

Champs de Recherche : philosophie du langage, poétique (poésie anglo-américaine 17e et 20e s.).

Publications

 (Note : Les écrivaines sur lesquelles portent de nombreux articles sont des autrices du 17e siècle soit des poètes du 20e siècle dont l’œuvre porte la marque de leur rapport à l’histoire (au double sens du terme) et plus spécifiquement à l’histoire coloniale des États-Unis. D’autres articles interrogent, chez les autrices considérées (en particulier Emily Dickinson) les rapports entre corps et langage, plus spécifiquement du point de vue des opérations traductrices)

Soubbotnik Michael A. e Olga Maria Machado Carlos de Souza Soubbotnik (orgs.), Plural/Pluriel, Revue du CRILUS (Centre de Recherches Interdisciplinaires sur le monde LUSophone), n°3 “Temps, Corps, Hybrides”, Printemps-Été 2009

Soubbotnik Michael A. et Trotot Caroline (orgs.), Vivre l’Histoire, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2013, 240 p.

Soubbotnik Michael A. et Quivigier Pierre-Yves (orgs.), Revue Française d’Histoire des Idées Politiques, n°39, « Art et Politique », 2014, 224 p.

Soubbotnik Michael A. e Olga Maria Machado Carlos de Souza Soubbotnik (orgs.), O corpo e suas fic(xa)ções, Vitória (ES), PPGL/MEL, 2007, 433 p.

Soubbotnik Michael A. e Olga Maria Machado Carlos de Souza Soubbotnik (orgs.), Enlaces: Psicanálise e conexões, Vitória (ES), PPGL/MEL PPGHIS, 2008, 432 p.

Articles

 « “Catastrophes de singularités”: la critique poétique et la voix de l’antinomisme dans le Nonconformist’s Memorial » Contexto, X/9, UFES-CCHN Publicações, Vitória, 2002, p. 169-187. [Sur le poème que Susan Howe consacre à la crise ouverte en 1636 dans la Colonie du Massachusetts par les doctrines antinomistes d’Anne Hutchinson.]

« Ceci Cela: ce qu’Emily Dickinson fait à la langue du traducteur », REEL – Revista Eletrônica de Estudos Literários, Vitória, ano 3, n°3, 2007.

“Corps traducteur, corps traduit dans la poétique d’Emily Dickinson”, dans Dumoulié Camille et Michel Riaudel (orgs.), Le Corps et ses traductions, Paris, Desjonquères, 2008, p. 123-140.

« Sexo e construção. Um problema de lógica em Lacan », dans Claudia Murta, Francisco Verardi Bocca, Richard Theisen Simanke (orgs.), Psicanálise em Perspectiva III, Curitiba, Editora CRV, 2012, p. 139-149. [Un coup d’œil épistémologique sur les « formules de la sexuation » chez Lacan]

« Par delà rupture et continuité : la “Polychronie” du Triptyque polonais de Jerome Rothenberg », dans Zbigniew Przychodniak et Piotr Śniedziewski (orgs.), Fiction de l’Histoire : formes et imaginaires de la rupture, Poznań, Éditions de la Société des Amis des Sciences et des Lettres de Poznań, 2012, p. 89-106. [Une partie de l’étude de cette œuvre aborde la figure féminine de la Shekinah – ou présence divine – dans le judaïsme]

« Isis sous le Blitz : la Trilogy de guerre de H.D. », dans Soubbotnik Michael A. et Trotot Caroline (orgs), Vivre l’Histoire, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2013, p. 195-211.

« La poétique antinomienne de l’histoire chez Susan Howe », Revue française d’histoire des idées politiques, “Poésie et politique”, n° 26, 2007, p. 365-394.

« Corpo tradutor, corpo traduzido em Emily Dickinson », Revue Silène. Centre de recherches en littérature et poétique comparées de Paris Ouest-Nanterre-La Défense, septembre 2011.  http://www.revue-silene.com/f/index.php?sp=comm&comm_id=70

« Les Memoirs de Lucy Hutchinson (1620-1681) : tombeau d’une rupture historique manquée et construction d’une identité », 3e Colloque International franco-coréen, De l’Histoire à la fiction : les reconfigurations du temps historique, Organisé à l’UPEM par l’UPEM (LISAA EA4120) et l’Ewha Institute for the Humanities, Ewha Woman’s University, Seoul, Corée du Sud, les 6 et 7 février 2014.

« Self-Portrait of a Lady as an Absent Latinist. Lucy Hutchinson and the Recording of Encounter and Loss », dans Natania Meeker et Caroline Trotot (coord.), Women’s portraits of the self. Representing knowledge and making identity in early modernity, numéro coordonné par, Arts et Savoirs, n°6, 2016.  http://aes.revues.org/741

 

Carmen Husti

Ingénieur de recherche du laboratoire LISAA, spécialiste de questions éditoriales, docteur en littérature française, diplômée de l’université de Limoges, ancienne éditrice aux Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Thématiques de recherche:

  • Savoirs du vivant et littérature au 19e siècle

  • Théorie postcoloniale et littérature française et francophone.

Carole Halimi

Carole Halimi est maître de conférences en histoire de l’art contemporain – études visuelles, à l’université de Paris-Est Marne la Vallée. Docteure en histoire de l’art contemporain, elle est également agrégée en arts plastiques. Elle a été pensionnaire à l’Académie de France à Rome-Villa Médicis en 2013-2014. Ses travaux de recherche sont orientés sur les questions d’intermédialité, de performativité des images, sur les pratiques artistiques de performance et plus largement sur les relations du théâtre et des arts visuels. Sa thèse, en cours de publication est consacrée au tableau vivant et à ses formes contemporaines, sujet sur lequel elle a publié plusieurs articles. Dans le cadre du projet « Visibilité et invisibilité des savoirs des femmes », Carole Halimi organise avec Juliette Bertron et en partenariat avec AWARE, une journée d’étude intitulée « La performance : un espace de visibilité pour les femmes artistes ? » https://awarewomenartists.com/nos_evenements/performance-espace-de-visibilite-femmes-artistes/

Sélection de publications :

« Le tableau vivant, un genre faux en soi ? Diderot, Klossowski, Ontani. », Studiolo, n°11, Rome, 2014, p. 132-149.

« L’artifice du tableau au théâtre : du texte à la photographie », Les Archives de la mise en scène. Hypermédialité du théâtre, Jean-Marc Larrue et Giusy Pisano (dir.), Lille, Presses universitaire du Septentrion, 2014, p.129-147.

« Le tableau vivant contemporain : une performance aux frontières de la représentation », Le tableau vivant ou l’image performée, Julie Ramos et Léonard Pouy (dir.), Paris, Mare&Martin, 2014, p. 322-340.

« Tableau vivant et turbulence des corps dans les images de Pierre Klossowski et de Bill Viola », Christine Buignet et Arnaud Rykner (dir.), Figures de l’Art, n°22, Presses Universitaires de Pau, 2012, p. 131- 143.

« Les tableaux vivants dans les œuvres de Pierre Klossowski : quels lieux pour l’érotisme ? », Histoire de l’art, n°66, avril 2010, p. 121-130.

Fabien Delmas

Je suis maître de conférences en études cinématographiques à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (CCAMAN LISAA EA 4120). Jusqu’à présent, mes recherches ont essentiellement porté sur l’histoire du cinéma américain, et les relations entre la mise en scène théâtrale et la mise en scène cinématographique envisagées en fonction des transferts culturels liant l’Europe à Hollywood. S’agissant de la représentations des femmes à l’écran, mes recherches et travaux ont été considérablement influencés par les écrits du philosophe américain Stanley Cavell. Je pense en particulier à l’essai La Protestation des larmes. Le mélodrame de la femme inconnue. Cette étude dédiée au mélodrame classique américain et à certaines de ses héroïnes emblématiques a d’abord déterminé mon analyse de l’œuvre du cinéaste français Max Ophuls auquel j’ai consacré mes premiers travaux. La représentation et la caractérisation des héroïnes ophulsiennes campées par Joan Fontaine (Lettre d’une inconnue/Letter from an Unknown Woman, 1948), Danielle Darrieux (Le Plaisir, 1952 ; Madame de, 1953) et Martine Carol (Lola Montès, 1955) fut l’un des principaux axes en fonction desquels s’articula mon analyse du cinéma d’Ophuls. Certaines de ses réflexions furent synthétisées dans mon article « Le Dernier Ophuls. Et s’il fallait peindre l’univers » paru dans l’ouvrage collectif Biographies de peintre à l’écran (PUR, 2011) dirigé par Patricia-Laure Thivat. Mes recherches portant sur le mélodrame et ses héroïnes trouvèrent un écho durant mon doctorat. En me référant à la pensée cavellienne, j’ai en effet établi un lien de prolongement entre le mélodrame de la femme inconnue et un corpus de quatre films réalisés par le cinéaste William Dieterle durant la seconde moitié des années 1940 et constitué d’Etranges vacances (I’ll Be Seeing You, 1944), Le Poids d’un mensonge (Love Letters, 1945), Notre cher amour (This Love of Ours, 1945) et Le Portrait de Jennie (Portrait of Jennie, 1948). Cette perpétuation des principes énoncés par Cavell à travers la représentation des femmes dans le cinéma de William Dieterle fit l’objet d’un chapitre important de ma thèse et servit de point de départ à l’article « De l’onirisme à Hollywood. Les songes de William Dieterle » paru dans Le Rêve au cinéma, iconographie, procédés, partitions. L’onirisme filmique au prisme des arts, n°129-132 de la revue Ligeia (janvier-juin 2014), également dirigé par Patricia-Laure Thivat.

Depuis peu, j’ai décidé de consacrer une partie de mes recherches aux séries télévisées. Je parachève un article ayant pour sujet la représentation des personnels soignants dans la série Urgences (Michael Crichton, 1994-2009), dans lequel j’envisage particulièrement la représentation des docteures et infirmières (« NFS, chimie, iono. Urgences et les secrets magnifiques », in Patricia-Laure Thivat (dir.), Médecins et thérapeutes à l’écran, Presses Universitaires de Strasbourg, à paraître). C’est en fonction de cette approche que j’élaborerai mon intervention en décembre 2017 lors de la journée d’étude « Les femmes qui en savaient trop ? » organisée par Sylvie Thouard. Ma communication portera en effet sur la représentation des femmes dans les séries médicales.

Juliette Bertron

Agrégée d’arts plastiques et docteure en histoire de l’art, actuellement ATER en Histoire de l’art à l’UPEM. Soutenue en 2014, ma thèse porte sur la parodie dans l’art contemporain, des années 1960 à nos jours.

Publications

« La sculpture vivante comme expression carnavalesque chez VALIE EXPORT », in Sculptures, n° 4, Presses universitaires de Rouen, à paraître en 2017.

« Madones et déesses parodiées, les modèles de la Renaissance dans l’œil des artistes féministes », (Valie Export, Ulrike Rosenbach et Orlan), Le Verger, n° 11, Le corps des femmes à la Renaissance, juin 2017.

« Une œuvre tissée, Art corporel et artisanat chez Mona Hatoum », in Hors d’œuvre, n° 36, numéro spécial Art et Artisanat, Dijon, Ed. Association Interface, mars 2015-déc. 2016, p. 9.

« Sophie Calle – Douleur Exquise ; Le récit de l’intime comme objet de la démarche artistique », in Sociétés et Représentations, n° 33, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, p. 13-23.

Jonathan Barkate

Agrégé de lettres modernes et doctorant en littérature française, actuellement ATER en lettres à l’UPEM. Ma thèse porte sur l’écriture de l’histoire chez Joseph Kessel, André Malraux et Romain Gary.

Publications

« Les témoins de Malraux », dans Martine Boyer-Weinmann et Jean-Louis Jeannelle (dir.), Signés Malraux. André Malraux et la question biograpique, Paris, Classiques Garnier, 2016, p. 117-140. (Il y est notamment question de la façon dont Malraux est vu et raconté par son ancienne épouse, Clara Malraux, et son ancienne attachée de presse, Brigitte Friang).