Archives par mot-clé : Fabien Delmas

Fabien Delmas

Je suis maître de conférences en études cinématographiques à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (CCAMAN LISAA EA 4120). Jusqu’à présent, mes recherches ont essentiellement porté sur l’histoire du cinéma américain, et les relations entre la mise en scène théâtrale et la mise en scène cinématographique envisagées en fonction des transferts culturels liant l’Europe à Hollywood. S’agissant de la représentations des femmes à l’écran, mes recherches et travaux ont été considérablement influencés par les écrits du philosophe américain Stanley Cavell. Je pense en particulier à l’essai La Protestation des larmes. Le mélodrame de la femme inconnue. Cette étude dédiée au mélodrame classique américain et à certaines de ses héroïnes emblématiques a d’abord déterminé mon analyse de l’œuvre du cinéaste français Max Ophuls auquel j’ai consacré mes premiers travaux. La représentation et la caractérisation des héroïnes ophulsiennes campées par Joan Fontaine (Lettre d’une inconnue/Letter from an Unknown Woman, 1948), Danielle Darrieux (Le Plaisir, 1952 ; Madame de, 1953) et Martine Carol (Lola Montès, 1955) fut l’un des principaux axes en fonction desquels s’articula mon analyse du cinéma d’Ophuls. Certaines de ses réflexions furent synthétisées dans mon article « Le Dernier Ophuls. Et s’il fallait peindre l’univers » paru dans l’ouvrage collectif Biographies de peintre à l’écran (PUR, 2011) dirigé par Patricia-Laure Thivat. Mes recherches portant sur le mélodrame et ses héroïnes trouvèrent un écho durant mon doctorat. En me référant à la pensée cavellienne, j’ai en effet établi un lien de prolongement entre le mélodrame de la femme inconnue et un corpus de quatre films réalisés par le cinéaste William Dieterle durant la seconde moitié des années 1940 et constitué d’Etranges vacances (I’ll Be Seeing You, 1944), Le Poids d’un mensonge (Love Letters, 1945), Notre cher amour (This Love of Ours, 1945) et Le Portrait de Jennie (Portrait of Jennie, 1948). Cette perpétuation des principes énoncés par Cavell à travers la représentation des femmes dans le cinéma de William Dieterle fit l’objet d’un chapitre important de ma thèse et servit de point de départ à l’article « De l’onirisme à Hollywood. Les songes de William Dieterle » paru dans Le Rêve au cinéma, iconographie, procédés, partitions. L’onirisme filmique au prisme des arts, n°129-132 de la revue Ligeia (janvier-juin 2014), également dirigé par Patricia-Laure Thivat.

Depuis peu, j’ai décidé de consacrer une partie de mes recherches aux séries télévisées. Je parachève un article ayant pour sujet la représentation des personnels soignants dans la série Urgences (Michael Crichton, 1994-2009), dans lequel j’envisage particulièrement la représentation des docteures et infirmières (« NFS, chimie, iono. Urgences et les secrets magnifiques », in Patricia-Laure Thivat (dir.), Médecins et thérapeutes à l’écran, Presses Universitaires de Strasbourg, à paraître). C’est en fonction de cette approche que j’élaborerai mon intervention en décembre 2017 lors de la journée d’étude « Les femmes qui en savaient trop ? » organisée par Sylvie Thouard. Ma communication portera en effet sur la représentation des femmes dans les séries médicales.