Archives de catégorie : Membres du projet

Carmen Husti

Ingénieur de recherche du laboratoire LISAA, spécialiste de questions éditoriales, docteur en littérature française, diplômée de l’université de Limoges, ancienne éditrice aux Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Thématiques de recherche:

  • Savoirs du vivant et littérature au 19e siècle

  • Théorie postcoloniale et littérature française et francophone.

Carole Halimi

Carole Halimi est maître de conférences en histoire de l’art contemporain – études visuelles, à l’université de Paris-Est Marne la Vallée. Docteure en histoire de l’art contemporain, elle est également agrégée en arts plastiques. Elle a été pensionnaire à l’Académie de France à Rome-Villa Médicis en 2013-2014. Ses travaux de recherche sont orientés sur les questions d’intermédialité, de performativité des images, sur les pratiques artistiques de performance et plus largement sur les relations du théâtre et des arts visuels. Sa thèse, en cours de publication est consacrée au tableau vivant et à ses formes contemporaines, sujet sur lequel elle a publié plusieurs articles. Dans le cadre du projet « Visibilité et invisibilité des savoirs des femmes », Carole Halimi organise avec Juliette Bertron et en partenariat avec AWARE, une journée d’étude intitulée « La performance : un espace de visibilité pour les femmes artistes ? » https://awarewomenartists.com/nos_evenements/performance-espace-de-visibilite-femmes-artistes/

Sélection de publications :

« Le tableau vivant, un genre faux en soi ? Diderot, Klossowski, Ontani. », Studiolo, n°11, Rome, 2014, p. 132-149.

« L’artifice du tableau au théâtre : du texte à la photographie », Les Archives de la mise en scène. Hypermédialité du théâtre, Jean-Marc Larrue et Giusy Pisano (dir.), Lille, Presses universitaire du Septentrion, 2014, p.129-147.

« Le tableau vivant contemporain : une performance aux frontières de la représentation », Le tableau vivant ou l’image performée, Julie Ramos et Léonard Pouy (dir.), Paris, Mare&Martin, 2014, p. 322-340.

« Tableau vivant et turbulence des corps dans les images de Pierre Klossowski et de Bill Viola », Christine Buignet et Arnaud Rykner (dir.), Figures de l’Art, n°22, Presses Universitaires de Pau, 2012, p. 131- 143.

« Les tableaux vivants dans les œuvres de Pierre Klossowski : quels lieux pour l’érotisme ? », Histoire de l’art, n°66, avril 2010, p. 121-130.

Fabien Delmas

Je suis maître de conférences en études cinématographiques à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée (CCAMAN LISAA EA 4120). Jusqu’à présent, mes recherches ont essentiellement porté sur l’histoire du cinéma américain, et les relations entre la mise en scène théâtrale et la mise en scène cinématographique envisagées en fonction des transferts culturels liant l’Europe à Hollywood. S’agissant de la représentations des femmes à l’écran, mes recherches et travaux ont été considérablement influencés par les écrits du philosophe américain Stanley Cavell. Je pense en particulier à l’essai La Protestation des larmes. Le mélodrame de la femme inconnue. Cette étude dédiée au mélodrame classique américain et à certaines de ses héroïnes emblématiques a d’abord déterminé mon analyse de l’œuvre du cinéaste français Max Ophuls auquel j’ai consacré mes premiers travaux. La représentation et la caractérisation des héroïnes ophulsiennes campées par Joan Fontaine (Lettre d’une inconnue/Letter from an Unknown Woman, 1948), Danielle Darrieux (Le Plaisir, 1952 ; Madame de, 1953) et Martine Carol (Lola Montès, 1955) fut l’un des principaux axes en fonction desquels s’articula mon analyse du cinéma d’Ophuls. Certaines de ses réflexions furent synthétisées dans mon article « Le Dernier Ophuls. Et s’il fallait peindre l’univers » paru dans l’ouvrage collectif Biographies de peintre à l’écran (PUR, 2011) dirigé par Patricia-Laure Thivat. Mes recherches portant sur le mélodrame et ses héroïnes trouvèrent un écho durant mon doctorat. En me référant à la pensée cavellienne, j’ai en effet établi un lien de prolongement entre le mélodrame de la femme inconnue et un corpus de quatre films réalisés par le cinéaste William Dieterle durant la seconde moitié des années 1940 et constitué d’Etranges vacances (I’ll Be Seeing You, 1944), Le Poids d’un mensonge (Love Letters, 1945), Notre cher amour (This Love of Ours, 1945) et Le Portrait de Jennie (Portrait of Jennie, 1948). Cette perpétuation des principes énoncés par Cavell à travers la représentation des femmes dans le cinéma de William Dieterle fit l’objet d’un chapitre important de ma thèse et servit de point de départ à l’article « De l’onirisme à Hollywood. Les songes de William Dieterle » paru dans Le Rêve au cinéma, iconographie, procédés, partitions. L’onirisme filmique au prisme des arts, n°129-132 de la revue Ligeia (janvier-juin 2014), également dirigé par Patricia-Laure Thivat.

Depuis peu, j’ai décidé de consacrer une partie de mes recherches aux séries télévisées. Je parachève un article ayant pour sujet la représentation des personnels soignants dans la série Urgences (Michael Crichton, 1994-2009), dans lequel j’envisage particulièrement la représentation des docteures et infirmières (« NFS, chimie, iono. Urgences et les secrets magnifiques », in Patricia-Laure Thivat (dir.), Médecins et thérapeutes à l’écran, Presses Universitaires de Strasbourg, à paraître). C’est en fonction de cette approche que j’élaborerai mon intervention en décembre 2017 lors de la journée d’étude « Les femmes qui en savaient trop ? » organisée par Sylvie Thouard. Ma communication portera en effet sur la représentation des femmes dans les séries médicales.

Juliette Bertron

Agrégée d’arts plastiques et docteure en histoire de l’art, actuellement ATER en Histoire de l’art à l’UPEM. Soutenue en 2014, ma thèse porte sur la parodie dans l’art contemporain, des années 1960 à nos jours.

Publications

« La sculpture vivante comme expression carnavalesque chez VALIE EXPORT », in Sculptures, n° 4, Presses universitaires de Rouen, à paraître en 2017.

« Madones et déesses parodiées, les modèles de la Renaissance dans l’œil des artistes féministes », (Valie Export, Ulrike Rosenbach et Orlan), Le Verger, n° 11, Le corps des femmes à la Renaissance, juin 2017.

« Une œuvre tissée, Art corporel et artisanat chez Mona Hatoum », in Hors d’œuvre, n° 36, numéro spécial Art et Artisanat, Dijon, Ed. Association Interface, mars 2015-déc. 2016, p. 9.

« Sophie Calle – Douleur Exquise ; Le récit de l’intime comme objet de la démarche artistique », in Sociétés et Représentations, n° 33, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, p. 13-23.

Jonathan Barkate

Agrégé de lettres modernes et doctorant en littérature française, actuellement ATER en lettres à l’UPEM. Ma thèse porte sur l’écriture de l’histoire chez Joseph Kessel, André Malraux et Romain Gary.

Publications

« Les témoins de Malraux », dans Martine Boyer-Weinmann et Jean-Louis Jeannelle (dir.), Signés Malraux. André Malraux et la question biograpique, Paris, Classiques Garnier, 2016, p. 117-140. (Il y est notamment question de la façon dont Malraux est vu et raconté par son ancienne épouse, Clara Malraux, et son ancienne attachée de presse, Brigitte Friang).

Camille Morineau

 Présidente de l”association AWARE, elle a travaillé vingt ans dans les institutions publiques françaises, dont dix ans au Centre Georges Pompidou en tant que conservatrice des collections contemporaines. Elle a été commissaire de nombreuses expositions, dont elles@centrepompidou, présentant uniquement des œuvres d’artistes femmes issues des collections du musée national d’art moderne, qui fut une première en son genre.

Isabelle Mornat

Maîtresse de conférences en civilisation de l’Espagne contemporaine et agrégée d’espagnol. Ses travaux de recherches portent sur la caricature espagnole et l’histoire des femmes espagnoles au XIXe siècle. Sa thèse soutenue en 2011, « La femme et la satire. Étude sur le corps féminin et les femmes dans la caricature de mœurs madrilène (1864-1894) » sous la direction de Marie-Linda Ortega, à l’Université Toulouse-Le Mirail a été publié dans sa version remaniée sous le titre Femmes en images. La caricature de mœurs espagnole au XIXe siècle, aux Presses universitaires de Strasbourg en 2016.

Publications sélectionnées:

« La gesta de las terribles sufragistas en España», Marie-Linda et Sylvie Turc-Zinopoulos (dir.eds.), De la violence et des femmes en Espagne (1808-1918), Bruxelles, Peter Lang, 2017, p. 69-87.

« Masculino/femenino : estereotipos e inversiones en la caricatura española (siglo XIX) », Image et genre, Sonia Kerfa et Jean-Claude Seguin (eds.), Actes du 8° Congrès International du GRIMH 15-17 nov. 2012, Université Lyon-2, 2014, p. 143-155.

« Iconografía de la emancipación femenina : los fantasmas de la mujer política », Resistir o derribar los muros. Mujeres, discurso y poder en el siglo XIX, Mª. Isabel Morales Sánchez, Marieta Cantos Casenave y Gloria Espigado Tocino (eds.), Alicante : Biblioteca Virtual Miguelde Cervantes, 2014, www.cervantesvirtual.com/obra/-8/

« Caricature et guerre des sexes au XIXe siècle ». Marie Franco (Dir.), Invectives, querelles, dénigrements : la guerre des sexes (Journée d’études organisée par CREER- Université Paris 12- IMAGER30 mai 2009), Paris : Indigo & Côté Femmes, 2011, p. 77-90.

« Aceptación y mercantilismo literario : las actrices », Pura Fernández et Marie-Linda Ortega (Ed.), La mujer de Letras o la letraherida, Madrid : CSIC, 2008, p. 447-458.

 

Claire Delahaye

Claire Delahaye est maîtresse de conférences en histoire et civilisation américaines à l’Université Paris Est Marne-la-Vallée. Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, elle a soutenu sa thèse à La Sorbonne Nouvelle sous la direction du Professeur Serge Ricard. Son travail a reçu le prix de thèse de Paris III – La Sorbonne Nouvelle en 2011 et a été publié aux Presses de la Sorbonne Nouvelle sous le titre Wilson contre les femmes: Conquérir le droit de vote, perspectives nationales et internationales. Son travail reposait sur un croisement de plusieurs champs de recherches, l’histoire des femmes d’une part, l’histoire présidentielle et la politique étrangère d’autre part.

Elle poursuit son travail sur l’histoire suffragiste en s’intéressant aux questions historiographiques et aux enjeux de la mémoire suffragiste après l’adoption du 19e amendement en 1920. Elle a dans ce cadre obtenu une bourse de l’Association Française d’Études Américaines et une Fellowship à la bibliothèque du Congrès pour se rendre à Washington D.C. au cours du 1er semestre 2018. Les questions de transmission de la mémoire politique et militante des femmes sont au cœur de son projet de recherche.

Publications sélectionnées en lien avec le projet

Ouvrages

Bijon, Béatrice et Claire Delahaye. Suffragistes et suffragettes : la conquête du droit de vote des femmes au Royaume-Uni et aux États-Unis. Lyon : ENS Editions, 2017.

Delahaye, Claire. Wilson Contre les Femmes. Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2011.

Delahaye, Claire et Serge Ricard, dir. La Grande Guerre et le combat féministe. Paris : L’Harmattan, 2009.

Chapitres d’ouvrages

Bijon, Béatrice et Claire Delahaye. « Forward, sisters, forward ! » : Community as Family in the British and American Suffrage Movements ». Exchanges and Correspondence : The Construction of Feminism. Éd. Claudette Fillard & Françoise Orazi. Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing, 2010. 97-114.

Articles
Delahaye, Claire. « A Tract in Fiction’ : Woman Suffrage Literature and the Struggle for the Vote ». European Journal of American Studies, vol. 11, n°1 (2016), document 3, en ligne depuis le 2 Juin 2016. URL : ejas.revues.org/11421.

Delahaye, Claire. « Le lobbying des suffragistes au Congrès (1913-1920)». Politique Américaine, n°27 (2016).  63-83.

Delahaye, Claire. « ‘The perfect library’ : Carrie Chapman Catt and the authoritative historiography ». Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 26 novembre 2014. URL : nuevomundo.revues.org/67415.

Delahaye, Claire. « Improper Women : Gender, Class, and the Suffragists of the National Woman’s Party ». « Reassessing Class ». International Pluridisciplinary Studies of American Culture, vol. 1, no. 1 (Fall 2009). 65-82.

Delahaye, Claire. « Kaiser Wilson ou artisan de la liberté ? : Regards de suffragettes sur Woodrow Wilson ». « Le féminisme américain à l’épreuve des hommes ». Revue Française d’Etudes Américaines. Paris : Belin, 2008. 25-40.

 

 

Philippe Gambette

    Philippe Gambette est maître de conférences en informatique à l’Université Paris-Est-Marne-la-Vallée depuis 2011. Après son doctorat en bioinformatique obtenu en 2010 à l’Université Montpellier 2, et un CDD de recherche à Marseille, il poursuit des travaux de recherche en algorithmique des graphes et en bioinformatique, à propos notamment des réseaux phylogénétiques qui représentent l’évolution des espèces. Il travaille aussi, en collaboration avec des chercheurs en sciences humaines et sociales, sur des problématiques d’analyse de textes assistée par ordinateur, en proposant des outils de visualisation de textes (notamment en arbres de mots) et de nouvelles méthodologies d’analyse textométrique (notamment dans le cadre des projets ANR Biolographes et APPEL).

Publications

Nadège Lechevrel, Philippe Gambette. Une approche textométrique pour étudier la transmission des savoirs biologiques au XIXe siècle. Nouvelles perspectives en sciences sociales 12(1), 221-253, 2016.

Christine Barats, Anne Dister, Philippe Gambette, Jean-Marc Leblanc, Marie Peres-Leblanc. Analyzing online petitions: potentialities and limitations of a multidisciplinary study device. JADT 2016, Jun 2016, Nice, France. Actes des Journées internationales d’Analyse statistique des Données Textuelles, 2016, <http://jadt2016.sciencesconf.org/><hal-01302218>

Rosa Cetro, Marc Barbier, Philippe Breucker, Hilde Eggermont, Philippe Gambette, et al.. Vers une approche semi-automatique pour la définition de motifs d’argumentation utilisés dans les résumés de projets scientifiques du domaine de la biodiversité. Revue des Nouvelles Technologies de l’Information, Hermann, 2014, Fouille de Données et Humanités Numériques, RNTI-SHS-2, pp. 47-80. <http://editions-rnti.fr/?inprocid=1002029><hal-01090607v2>

Philippe Gambette, William Martinez. L’affaire du Mediator au prisme de la textométrie. Texto ! Textes et Cultures, Equipe Sémantique des textes, 2013, XVIII (4), pp. 3318.1-3318.9. <hal-00881639>

Philippe Gambette, Nuria Gala, Alexis Nasr. Longueur de branches et arbres de mots. Corpus, 2012, 11, pp. 129-146. <hal-00822993>

Delphine Amstutz, Philippe Gambette. Utilisation de la visualisation en nuage arboré pour l’analyse littéraire. JADT’10: 10th International Conference on statistical analysis of textual data, Jun 2010, Rome, Italie, 12 p., 2010, <http://jadt2010.uniroma1.it/en/><lirmm-00448436>

Hyeran Lee, Philippe Gambette, Elsa Maillé, Constance Thuillier. Densidées : calcul automatique de la densité des idées dans un corpus oral. RECITAL’2010 : 12ième Rencontre des Étudiants Chercheurs en Informatique pour le Traitement Automatique des Langues, Jul 2010, Montréal, Canada. pp. 1-10, 2010. <halshs-00495768>

Philippe Gambette, Jean Véronis. Visualising a Text with a Tree Cloud. IFCS’09: International Federation of Classification Societies Conference, Mar 2009, Dresde, Germany. Springer Berlin / Heidelberg, pp.561-569, 2009, Studies in Classification, Data Analysis, and Knowledge Organization. <http://www.ifcs2009.de/><10.1007/978-3-642-10745-0_61><lirmm-00373643v2>

Caroline Trotot

Caroline Trotot est Maîtresse de Conférences dans l’équipe LISAA de lUniversité Paris-Est Marne-la-Vallée. Elle a consacré sa thèse à la Poétique de la métaphore dans la poésie de la Pléiade. Elle travaille sur les rapports entre l’écriture de soi et les savoirs au XVIe siècle. Elle a coordonné le programme « Autoportraits, Autofictions et représentation des savoirs des femmes XVIe-XVIIIe siècles » mené en partenariat avec l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art), Le Louvre et l’Université de Californie du Sud à Los Angeles. Elle consacre des travaux à Marguerite de Valois, à Charlotte Duplessis-Mornay et à Marie de Gournay.

Publications

Women’s portraits of the self Representing knowledge and making identity in early modernity, Autoportraits, autofictions des femmes à l’époque moderne: savoirs et fabrique de l’identité numéro de la Revue du LISAA Arts et Savoirs sous la direction de Caroline Trotot et Natania Meeker http://aes.revues.org/696

Coordination

Autoportraits, autofictions de femmes à l’époque moderne: savoirs et fabrique d’identité, Paris, éditions Classiques Garnier, collection Masculin/Féminin, 2018.

Articles 

Caroline Trotot, « Marguerite de Valois et la voix d’Echo », De Marguerite de Valois à la reine Margot. Autrice, mécène, inspiratrice, éd. Catherine Magnien et Eliane Viennot, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2019, p. 33-45

Women’s portraits of the self. Representing knowledge and making identity in early modernity, Arts et savoirs, n° 6, 2016, “Introduction”, https://aes.revues.org/701

“The Memoirs of Marguerite de Valois, experience of knowledge, knowledge of experience” in Women’s portraits of the self. Representing knowledge and making identity in early modernity, Arts et savoirs, n° 6, 2016,  https://aes.revues.org/728

“Les mémoires de Marguerite de Valois et les savoirs de leur temps” (en coréen), Savoirs modernes et sciences humaines, Song Ki-Jeong (dir.), Séoul, Somyong Editions, 2016, p. 190-207.

“Marguerite de Valois et la saint Barthélemy, question de l’homme, question de genre et subjectivité littéraire”, participation à la journée académique organisée par Daniel Guillaume, IPR académie de Créteil, le sens des lettres et des humanités, du lycée à l’université, novembre 2015, en ligne vidéo et texte, http://lettres.ac-creteil.fr, mise en ligne 15 février 2016, vidéo seule https://www.youtube.com/watch?v=VQUgssSLHSk

“L’écriture des Mémoires de Marguerite de Valois, métaphore et fiction de soi dans l’histoire”, L’Histoire à la Renaissance, à la croisée des genres et des pratiques, Rachel Darmon, Adrienne Petit, Alice Vintenon, Adeline Debois-Lentile, Garnier, 2015, p. 369-387.

“Deux femmes françaises du XVIe siècle face à l’histoire à travers leurs écrits personnels. Marguerite de Valois et Charlotte Arbaleste face à la Saint-Barthélemy”, dans Song Ki-Jeong (dir.), Publication en coréen, (Écritures de l’histoire), Séoul, 2013.

“Vivre et écrire la Saint-Barthélemy au féminin: les Mémoires de Marguerite de Valois”, in Vivre l’Histoire, éd. Michael Soubbotnik et Caroline Trotot, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2013, p. 59-71.