Femmes, création et mathématiques

Femmes, création et mathématiques
Sofia Kovalevskaya, Michèle Audin,
Vera Molnar

Jeudi 8 mars 2018
14-17h

Atelier organisé par Gaëtan Robillard, Virginie Tahar et Caroline Trotot

événement organisé avec le soutien de l’ESIPE

Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Amphithéâtre A3
bâtiment Rabelais

Photogramme extrait du film Vera Molnar Machine Visuelle, Gaëtan Robillard, 2018

Vera Molnár est une artiste contemporaine d’origine Hongroise, née à Budapest en 1924. Elle vient de recevoir le prix Aware 2018. Son parcours du constructivisme au computer art et ses échanges avec le GRAV (Groupe de Recherche d’Art Visuel) la place parmi les artistes femmes les plus prolifiques de sa génération. Son œuvre, qui témoigne d’un attachement à la recherche et à la science de l’art, ainsi que son apparition tardive sur la scène artistique – témoignent d’un parcours de vie singulier. Elle décide de devenir peintre à Paris en 1947. Elle est alors éblouie par le travail de Georges Braque, Jean Hélion et Paul Klee. Elle s’engage dans la quête d’un art géométrique épuré, à l’opposé de l’abstraction lyrique et mystique. Elle fonde une grande partie de son œuvre sur une exploration systématique de l’aléatoire et met au point le concept de machine imaginaire. À partir de 1968, elle pousse les portes des laboratoires en informatique et programme ses œuvres directement avec des algorithmes. Dans les années 1990, parallèlement un travail d’esquisse à la main dans ses journaux intimes, elle entame une nouvelle phase d’expérimentation radicalement tournée vers l’exploration visuelle. Ses œuvres figurent dans de nombreuses collections publiques internationales, dont le CNAP et le musée national d’Art moderne – Centre Georges-Pompidou.

Michèle Audin

Michèle Audin est mathématicienne et écrivaine. Elle est spécialiste de géométrie et a enseigné les mathématiques dans différentes universités. Elle est entrée à l’Oulipo en 2009, peu après la publication d’un ouvrage intitulé Souvenirs sur Sofia Kovalevskaya (Calvage et Mounet, 2008) assez atypique par sa forme puisqu’il mélange anecdotes, correspondances, témoignages, chapitres de mathématiques et pastiches littéraires. Elle a publié depuis des romans, récits et recueils de nouvelles dans lesquels s’entrecroisent les mathématiques, l’histoire, la condition féminine et les contraintes oulipiennes : Cent vingt et un jours (Gallimard, 2013), Mademoiselle Haas (Gallimard, 2015), La Formule de Stokes, roman (Cassini, 2016) dont l’héroïne éponyme est une formule de mathématiques, Comme une rivière bleue (Gallimard, 2017) et Mai Quai Conti (publié en ligne) qui relate l’histoire de l’Académie des Sciences pendant la Commune de Paris. Le nom d’Audin a laissé une trace dans l’histoire puisque le père de Michèle Audin, Maurice Audin, a été membre du parti communiste algérien et a officiellement « disparu » à l’âge de vingt-cinq ans pendant la bataille d’Alger. Il a soutenu une thèse de mathématiques de manière posthume en 1957, épisode que Michèle Audin évoque dans Une vie brève (2013).
http://oulipo.net/fr/oulipiens/ma

Sofia Kovalevskaya

Sofia Kovalevskaya (1850-1891) est une mathématicienne russe dont la vie (brève) fut hors du commun pour son époque, en raison de la carrière universitaire qu’elle a menée en voyageant à travers l’Europe – ne pouvant exercer ses activités scientifiques en Russie. Après avoir démontré plusieurs théorèmes de mathématiques (http://images.math.cnrs.fr/Les-deux-idees-de-Sofia-Kovalevskaya.html ), elle a obtenu un doctorat en Allemagne. Elle fut la deuxième femme, après Sophie Germain, à recevoir un prix de l’Académie des Sciences ; elle fut l’une des premières à devenir professeure de mathématiques à l’Université (en Suède) et à faire partie du comité de rédaction d’un journal scientifique (Acta Mathematica). Mais Sofia Kovalevskaya a parfois interrompu ses activités scientifiques pour se tourner vers la littérature : elle a écrit des romans (Une nihiliste), des pièces de théâtre et un ouvrage autobiographique intitulé Souvenirs d’enfance.  Sa vie fut aussi remarquable du fait de son engagement révolutionnaire et féministe. Elle fut très célèbre de son vivant – sa mort a été annoncée dans les journaux du monde entier – mais sa mémoire est tombée dans l’oubli au XXe siècle.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *