Atelier Susan Sontag : Création féminine, intermédialité et action

Atelier Susan Sontag - AfficheÀ l’occasion de la parution de la biographie de Susan Sontag par Béatrice Mousli, aux éditions Flammarion.

Vendredi 6 octobre 14h-16h30. Université Paris-Est Marne-la- Vallée, Auditorium de la Bibliothèque Universitaire Georges Perec.

Atelier organisé par Caroline Trotot.

Béatrice Mousli, USC (Université de Californie du Sud), « Susan Sontag, Annie Leibovitz, Women : création, genre et identité féminine ».

En 1999, à l’initiative de sa partenaire Susan Sontag, la photographe Annie Leibovitz publie une sélection des portraits de femmes qu’elle a réalisés dans les vingt années précédentes. Dans l’essai qui figure en préface à Women, Sontag livre une nouvelle réflexion sur ce que veut dire être femme à la fin du vingtième siècle, sur l’influence du genre sur la destinée féminine, et tout particulièrement sur le rôle que la photographie joue depuis la fin du dix-neuvième dans la représentation des femmes.

“Une photographie n’est pas une opinion. Ou bien si?” est le dernier texte que Susan Sontag (qui disparaîtra cinq ans plus tard) publie sur le sujet. Le lire à la lumière des essais (et de certains de ses romans) qu’elle a publiés au long de sa vie est une exploration de l’évolution de la question du genre au vingtième siècle et son rôle dans la production créative féminine.

Antonia Rigaud, Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, « Juxtapositions et confrontations radicales : Susan Sontag et le happening ».

Dans son article “Happenings, art des confrontations radicales” publié en 1962, Susan Sontag propose une définition du happening qui repose sur deux éléments essentiels : le happening comme fruit d’une collaboration artistique, comme juxtaposition de voix et de corps, et le happening comme mise en place d’une confrontation entre l’artiste et son public, d’une violence exercée sur le spectateur. L’article, initialement intitulé en anglais “Happenings: an Art of Radical Juxtapositions” mais traduit en français par la notion de “confrontation” repose autour d’une vision conflictuelle mais aussi syncrétique de cette nouvelle forme d’art.

Je souhaite revenir sur la double lecture que fait Sontag du happening afin de mettre en avant le rôle qu’elle a joué dans l’histoire de l’art et des idées aux Etats-Unis au tournant des années 60-70 : essayiste à succès dont les écrits ont porté sur nombres d’oeuvres issues de collaborations d’artistes essentiellement masculins, ce que dit Sontag de ces nouvelles pratiques, concernant la place du corps et la création d’un public actif dans la réalisation de l’oeuvre notamment, prépare le terrain pour les pratiques artistiques féministes des années 1970.

Présentation de SUSAN SONTAG (New York, 1933 – New York, 2004) par Béatrice Mousli (USC, directrice du Francophone Research and Resource Center)

La figure de l’intellectuel(le) telle qu’on la connaît en France est quasi inconnue aux États-Unis. Philosophes et littéraires appartiennent à l’université, et sont rarement amené à parler en dehors des murs de l’académie, à l’exception de deux figures qui ont retenu l’attention internationale, à savoir Edward Saïd et Noam Chomsky, qui ont su quitter leur chaire pour faire entendre leur voix dans le débat public. Susan Sontag a donc eu depuis ses premiers écrits une place à part : à l’écart des institutions, indépendante et le plus souvent perçue comme rebelle, elle a été une observatrice et une critique à la plume acérée. Rien ne lui a échappé, du Vietnam à Sarajevo, de l’évolution de l’art photographique à la peinture, de la littérature au cinéma, de la philosophie à la réflexion sur le SIDA. Et elle est tour à tour romancière, critique littéraire, philosophe, auteur de théâtre, cinéaste : à chaque genre elle trouve sa fonction, sa nécessité.

Et très rapidement elle se construit une image, celle d’une femme qui regarde l’objectif en face, une icône du «bien pensé» américain. Cette image se surimpose à tous ses textes lui attribuant un snobisme qu’elle n’a pas dans la vie de tous les jours, lui donnant un statut qui est loin d’être le sien. Aux lecteurs du New York Times, de Vogue, du New Yorker, Sontag apparaît comme implacable, détentrice d’une vérité.

Si sa thèse de philosophie n’avança guère lors de la première année qu’elle passa à Paris (1957-58), ce séjour initial marqua à jamais sa trajectoire intellectuelle : elle découvre Simone de Beauvoir, Alain Resnais, Nathalie Sarraute, Roland Barthes, Jean-Luc Godard, Simone Weil, Jean-Paul Sartre, Albert Camus, Michel Leiris, Eugène Ionesco, Elle se lie d’amitié avec certains, s’exerce à admirer d’autres, et tire un immense bénéfice de cette année de formation, qui se traduira par l’audacieux recueil d’essais Against Interpretation qu’elle publiera en 1961. Dès lors, Susan Sontag est aussi un messager, un pont entre les deux rives de l’Atlantique, et Paris devient, comme le rappelle son fils, « son deuxième foyer ».

Discrète quand il s’agit de sa vie privée, elle ne cachera pourtant pas sa bisexualité, qui deviendra publique après sa mort grâce aux photographies de sa dernière compagne, Annie Leibovitz. Féministe militante, mère et amante, Sontag ouvrira aussi dans ces domaines des voies nouvelles, tout comme elle lèvera les tabous sur la maladie et la mort, écrivant ouvertement sur ses cancers, des réflexions qui transcenderont le personnel pour devenir une réflexion essentielle sur la maladie et ses métaphores, et refusant au moment de sa mort de se résigner, d’adopter l’attitude du sage face à l’inévitable, se battant au contraire jusqu’au bout contre ce qu’elle vivait comme une injustice suprême.

Plus que n’importe quel texte, la tombe de Susan Sontag au cimetière du Montparnasse témoigne de la place qu’elle occupe au cœur de la pensée française. Elle repose parmi ceux qu’elle a tout particulièrement chéris – la tombe d’Emile Cioran est à quelques pas de la sienne, tout comme celle de Beauvoir ou Beckett – mais surtout, comme le rappelle son fils à qui il est revenu de prendre cette ultime décision et de « rapatrier » la dépouille de sa mère de Manhattan à Montparnasse : « Paris était aussi un second foyer pour nombre de ses amis, et à mon sens, les tombes sont faites pour les vivants – si elles sont faites pour quoi que ce soit. »

Depuis longtemps je me passionne pour les relations transatlantiques, pour ces intermédiaires qui ont su traduire sur chaque rive la culture de l’autre, et qui ont participé à cette pollinisation réciproque entre les Etats-Unis et la France. La période des années vingt et trente est celle qui a d’abord retenu mon attention, et on en trouve trace dans nombre de mes travaux. Mais à la suite de banales circonstances personnelles – mon emménagement à Los Angeles il y a dix ans notamment – j’ai commencé à étudier ces échanges aujourd’hui. Et le résultat le plus immédiat a été une série de publications autour des notions de regard, de clichés, de vision croisées, pour tenter de comprendre les mécanismes, les réseaux et les volontés qui sous-tendent cette circulation des idées et des hommes, en littérature bien entendu, mais aussi en architecture et urbanisme, en histoire, en sociologie et dans le monde des arts visuels. Au-delà ce qu’elle représente dans ce contexte, Sontag est aussi un de ces auteurs comme je les aime, éclectique, curieuse, qui comme Larbaud, Jacob et Soupault, pensait que la littérature, l’écrit, l’art avaient un rôle décisif à jouer dans une société où la pensée ne devrait pas connaître de frontière.

Susan Sontag avait elle-même disposé de ses archives, les déposant à la bibliothèque de l’Université de Californie à Los Angeles, où elles sont libre d’accès. La bibliographie critique la concernant est importante, mais il n’existe jusqu’ici qu’une biographie partielle publiée en 1999 (et très partiale, insistant beaucoup sur sa vie privée et comparativement peu sur le développement de sa pensée). Son fils a créé en son nom une fondation qui s’est donnée pour mission d’aider de jeunes artistes, et il est lui-même l’éditeur de certains papiers intimes, notamment ses journaux, documents d’archives qui font partie du dépôt de UCLA. En France, les œuvres de Susan Sontag sont publiées par les éditions Christian Bourgois, Dominique Bourgois étant son éditrice.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.