Icônes et mentors : mémoire et transmission des savoirs féministes (XIXe-XXIe siècles)

Participez à la journée d’études organisée par Claire Delahaye et Isabelle Mornat (LISAA EA 4120) sur le thème Icônes et mentors : mémoire et transmission des savoirs féministes (XIXe-XXIe siècles) le vendredi 10 novembre 2017 de 9h30 à 18h à l’UPEM.

Les mouvements féministes se sont revendiqués de figures intellectuelles, artistiques, et politiques. Pionnières, égéries ou leaders, ces figures ont été produites et mises en avant, identifiées comme étendards, source d’inspiration ou guide, par les mouvements militants ou les courants intellectuels féministes. Ces icônes et ces mentors, entendues comme figures charismatiques et référentielles, incarnent, relayent ou bordent les savoirs, compris comme assise conceptuelle, théorique, d’une part, et comme pratiques et savoir-faire militants, d’autre part.

Cette journée d’études propose d’examiner la question de la transmission des savoirs féministes, dans une perspective historique et structurelle, et éventuellement comparatiste. Il s’agira de réfléchir aux espaces et aux lieux de cette transmission (culture populaire, groupes militants, historiographie…) ainsi qu’à ses modalités (circulation, appropriation, transformation…). En effet la circulation des savoirs des femmes et des luttes féministes présente des parcours de rupture et de réappropriation qui posent la question de la transmission dans le contexte d’une société patriarcale.

Il s’agira de questionner les natures d’un savoir féministe, en relation avec la fonction de l’icône et la figure du mentor, qui permettent une forme de corporéité spirituelle, de matérialisation de la mémoire dont le statut est intrinsèquement ambigu. L’icône remplit en effet une fonction épistémologique, voire pédagogique, tout en se situant dans l’ordre du sentiment, suscitant admiration, même idolâtrie. Le mentor interroge les processus de filiation de la pensée, les voies de l’héritage et de la mémoire.

Dans quelle mesure l’icône est-elle un outil de la diffusion des savoirs, un moyen dans la transmission des connaissances ?  Les processus qui font de la figure une icône participent d’un double mouvement de visibilisation et d’invisibilisation, mouvements en tension, voire contradictoires. L’icône permet d’appréhender des savoirs en marge sous une forme immédiate et schématisée, elle peut contribuer au changement d’échelle dans la diffusion des savoirs. Toutefois, l’incarnation de mouvements pluriels dans une figure singulière tend à éclipser la diversité, à oblitérer l’entreprise critique et politique au cœur des féminismes en reproduisant les structures de pouvoir. Parfois même la figure devient icône au prix d’une occultation d’une partie de sa pensée ou de ses pratiques militantes les plus radicales. L’icône peut donc aussi être, en tant que figure symbolique, un outil de dégradation, un moyen de tronquer ou de déformer le mouvement dont il/elle est l’étendard.

Nous nous interrogerons enfin sur les relations entre le mentor et l’icône dans la circulation des savoirs féministes. Le mentor devient-il toujours une icône ?

La journée d’études se propose donc d’examiner les figures de l’icône et du mentor au sens large, comme vecteurs de savoirs, outil de reconnaissance et d’identification, c’est-à-dire  comme « echo-fantasy » selon l’expression féconde proposée par l’historienne Joan W. Scott qui permet de comprendre les mécanismes d’identification collective et rétrospective : « Retrospective identifications, after all, are imagined repetitions and repetitions of imagined resemblances. The echo is a fantasy, the fantasy an echo; the two are inextricably intertwined» (Joan W. Scott, «Fantasy Echo: History and the Construction of Identity», Critical Inquiry, Vol. 27, No. 2. (Winter, 2001), p. 284-304, p. 289).

Organisation :

Claire Delahaye, MCF civilisation nord-américaine contemporaine, claire.delahaye@u-pem.fr

Isabelle Mornat, MCF civilisation espagnole contemporaine, isabelle.mornat@u-pem.fr

Cette journée d’études s’insère dans le programme (SuperBQR) Visibilité et invisibilité des savoirs des femmes: les créations, les savoirs et leur circulation XVIe-XXIe siècles, en partenariat avec AWARE, Archives of Women Artists Researchs and Exhibitions- Porteuse du projet : Caroline Trotot, MCF LISAA EA4120, UPEM.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.