Appel à communication

Journée d’étude « Les Villes des Marguerite »

UPEM — 13 mai 2019

Organisation : Caroline Trotot, Romain Menini.

Comité scientifique : Cathy Yandell (Carleton College, Minnesota), Jean Vignes (Paris-Diderot), Diane Roussel (UPEM), Giuliano Milani (UPEM), Michael Soubbotnik (UPEM), Éliane Viennot (Univ. Jean Monnet, Saint-Étienne).

Participantes et participants confirmés :

Anne Boutet (UPEM), Nicole Dufournaud (EHESS), Isabelle Garnier (Univ. Jean Moulin Lyon 3), Stéphan Geonget (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Tours), Scott Francis (Univ. Pennsylvania — Prof. invité UPEM en 2019), Claudie Martin-Ulrich (Université de Pau), Romain Menini (UPEM), François Rouget (Queen’s University), Caroline Trotot (UPEM).

Dans la continuité des travaux récents menés par le LISAA sur la visibilité des créatrices, cette journée se consacre à deux écrivaines et femmes politiques majeures de la Renaissance française : les deux Marguerite, reines de Navarre au xvie siècle, Marguerite  dite de Navarre (1492-1549) et Marguerite dite de Valois (1553-1615). Plus spécifiquement, la perspective choisie interroge la place des lieux urbains dans leurs œuvres et l’importance de leurs écrits pour connaître et comprendre les lieux urbains de la Renaissance. L’événement s’inscrit ainsi dans le projet impulsion « Cité des Dames » qui concerne les créatrices, les textes et les lieux urbains, et qui a été retenu par l’I-Site Future (Cité des Dames, Créatrices dans la cité / Cité des Dames: Female Creators in the City, dir. Caroline Trotot et Philippe Gambette).

Les œuvres des deux Marguerite se caractérisent par un rapport aux villes et à l’urbanité qui n’a jamais fait l’objet de recherches spécifiques, bien que la vie de cour à la Renaissance engage, dans son itinérance même, une appréhension de la cité – et des multiples cités – tout à fait particulière. Quels furent les relais citadins des deux écrivaines ? Comment ont-elles transformé les villes où elles ont vécu et où elles ont exercé un pouvoir ? Dans quelles villes leurs œuvres ont-elles été écrites, publiées et reçues ? De quels échos urbains leurs livres bruissent-ils ? Comment les autrices de la Renaissance lurent-elles – en tant que femmes et en tant qu’écrivaines – la ville, et comment choisirent-elles de la dire ? Quelles sont les images de la Cité fournies par leurs deux œuvres, à la fois exemplaires et singulières en l’une et l’autre moitié du xvie siècle ? Quelles images des villes qu’elles ont habitées faut-il restaurer pour permettre une juste réception de leurs œuvres au xxie siècle ? Et quelles traces ces villes gardent-elles de l’activité de ces femmes, dans leurs bâtiments, leurs archives, leurs bibliothèques ?

Les communications pourront concerner aussi bien des aspects liés à la représentation littéraire et artistique des villes, que des aspects historiques.

La journée est organisée à l’occasion du séjour de Scott Francis (Univ. Pennsylvania) comme professeur invité UPEM en 2019. Elle s’appuie sur la création récente par Scott Francis de la société Marguerite de Navarre/ Marguerite de Navarre Society https://margueritedenavarresociety.com/, témoignage de l’intérêt actuel pour le développement des études sur les textes de la reine, aux États-Unis et en France. Cette nouvelle action s’inscrit dans le sillage de celles qu’a menées Éliane Viennot autour de Marguerite de Valois http://www.elianeviennot.fr/Marguerite.html. Les étudiant.es du parcours de master Littérature Savoirs et Culture Numérique de l’UPEM sont associés à ce projet qui permet aussi de réfléchir au rôle des lieux virtuels contemporains et plus généralement des humanités numériques dans la construction et la diffusion de la connaissance des créatrices et des lieux dans lesquels elles ont œuvré.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.