Virginie Tahar

Virginie Tahar est docteure en langue et littérature française et professeure agrégée de Lettres à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Elle y est responsable de la licence 3 Lettres Modernes Appliquées « Création, édition et culture numérique » et chargée de mission en innovation pédagogique. Elle a soutenu en 2016 une thèse intitulée « La Fabrique oulipienne du récit : expérimentations et pratiques narratives depuis 1980 » (à paraître aux éditions Classiques Garnier). Elle est donc spécialiste de l’Ouvroir de Littérature Potentielle et s’intéresse, entre autres, à la place des femmes au sein de ce groupe. Parmi ses quarante membres (en comptant les « excusés pour cause de décès »), cinq seulement sont des femmes, leurs noms n’étant pas les plus connus du grand public : Michèle Métail (cooptée en 1975), une figure de proue de la poésie sonore ; Michelle Grangaud (cooptée en 1995), une virtuose de l’anagramme ; Anne F. Garréta (cooptée en 2000), qui a inventé la « contrainte de Turing » avec son premier roman Sphinx ;  Valérie Beaudouin (cooptée en 2003), qui étudie les potentialités de l’outil informatique pour l’analyse de texte et qui a créé le « métromètre » pour analyser le rythme de l’alexandrin français ; Michèle Audin (cooptée en 2009), spécialiste de géométrie et première femme mathématicienne du groupe. Le projet de recherche « Visibilité et invisibilité des savoirs des femmes » sera l’occasion de mettre en lumière leurs travaux et d’interroger leur visibilité en tant que femmes au sein de l’Oulipo.

Publications

La Fabrique oulipienne du récit. Expérimentations et pratiques narratives depuis 1980, Paris, Classiques Garnier, collection « Études de littérature des XXe et XXIe siècles », à paraître.

« Bibliographique critique sur l’Oulipo », Formules : revue des créations formelles, n° 16, 2012, p. 345-415.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *